La formation doctorale dans son ensemble correspond à 180 ECTS sur trois ans (ou plus selon les dérogations et la planification propre à chaque doctorant.e), correspondant à la formation doctorale et la rédaction de la thèse, la soutenance autorisée par des pré-rapports positifs restant à l’entière appréciation du jury. Le chiffre de 180 correspond à trois fois 60 ECTS, volume attribué à une année universitaire (deux semestres) dans le système européen.

La formation doctorale est constituée ainsi …

Activités doctorales (40 ECTS)

Séminaires et conférences proposées par l’ED, ateliers méthodologiques portant sur des savoir-faire et des compétences proprement méthodologiques voire techniques, modules professionnalisants préparant la mobilité professionnelle du ou de la doctorant.e

Activités scientifiques personnalisées (40 ECTS)

Activités de recherche accomplies dans le cadre de l’école doctorale, de l’équipe de recherche et de lieux extérieurs en France et à l’étranger (elles correspondent pour la plupart à des activités déjà pratiquées par les doctorants)

Rédaction de la thèse (100 ECTS), incluant les activités directement liées : pré-soutenance, rapports d’étape, etc. Le volume de 100 ECTS attribué à la thèse se justifie par la volonté de l’école doctorale de maintenir un équilibre harmonieux entre la rédaction de la thèse de doctorat et une formation doctorale valorisante.

La formation en anglais des doctorant.e.s est obligatoire. L’université propose la préparation et la validation de plusieurs tests selon les objectifs professionnels des doctorant.e.s : TOEIC, TOEFL, CLES (le CLES est disponible pour l’allemand et l’espagnol).

La validation d’au moins un test d’anglais est obligatoire pendant le cursus du ou de la doctorant.e avant soutenance. Les doctorant.e.s anglophones sont dispensé.e.s de ces formations en anglais mais peuvent bénéficier de formations en allemand, espagnol et français.

https://www.univ-paris13.fr/espace-langues/

N.B. : les doctorant.e.s étranger.è.s n’ayant pas la maîtrise du français doivent suivre une formation adaptée et proposé.e par le service Espace Langues de l’Université Paris 13.

  • Les formations doctorales du CFDip (centre de formation à l’insertion professionnelle des doctorant.e.s) sont ouvertes à l’ensemble des doctorant.e.s de Sorbonne Paris Cité. Il est donc possible pour tou.te.s les doctorant.e.s d’Erasme de s’inscrire à l’une des formations présentées sur le catalogue en ligne, dans la limite des places disponibles.

    http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=cfdip&np=catalogueFormations

  • ATTENTION. Il n’existe plus désormais de différence entre les doctorant.e.s contractuel.le.s avec missions et les autres : tou.te.s les doctorant.e.s sont désormais soumis.e.s au régime général des formations de l’ED Érasme et doivent donc valider les 40 ects d’activités doctorales et les 40 ECTS d’activités scientifiques personnalisée. La règle de validation des cinq jours de formation par an par le CFDip n’existe plus.

    Les doctorant.e.s choisissent, dans le cadre de leur projet personnel de formation, leurs activités doctorales et scientifiques de manière à arriver au total de 40 + 40 ECTS nécessaires à la validation de leur formation hors rédaction et soutenance de thèse. Ils.elles font valider leurs activités par attestations ou sur une fiche (ou livret) de suivi de la formation doctorale. Ce qui donne lieu à un bilan annuel auprès du gestionnaire des formations doctorales (cf. guide de validation sur le site de l’école doctorale).

    • 1 ECTS correspond globalement à une demi-journée de formation (environ 3 h).
    • Le suivi du parcours de formation doctorale est assuré par le ou la directeur.trice de thèse qui fait avec le ou la doctorant.e un bilan annuel de ses activités.
    • Les activités doctorales sont validées par le directeur de l’école doctorale ou son représentant.
    • Les activités scientifiques personnalisées sont validées au sein de l’équipe de recherche par le ou la directeur.trice d’équipe sur proposition du ou de la directeur.trice de thèse.

    • L’ensemble du parcours de formation doctorale est validé avant soutenance par le directeur de l’école doctorale. Un bilan annuel ou bisannuel est envoyé par le gestionnaire des formations (les bilans ponctuels ne sont envoyés qu’aux doctorant.e.s dont la soutenance est programmée).

    En cas de conflit il peut être fait appel à un médiateur qui écoute les parties et propose une solution.

  • Les doctorant.e.s salarié.e.s ou en activité professionnelle (médecins ou enseignants par exemple) valident leur expérience professionnelle sous la forme d’un compte rendu d’activité professionnelle qui équivaut aux modules méthodologiques et/ou professionnalisants proposés dans la formation (12 ECTS).

    Les doctorant.e.s ayant une activité professionnelle en lien avec la thèse et en situation, à travers le doctorat, de développement professionnel peuvent obtenir la validation de l’ensemble des 80 ECTS sous réserve de présenter les documents suivants …

    • Rapport d’activité, rédigé par le ou la doctorant.e et visé par le ou la directeur.trice de thèse, détaillant l’expérience professionnelle susceptible d’être validée au titre des activités doctorales et des activités scientifiques/professionnelles

    • Un certificat de travail attestant l’activité professionnelle
    • Une lettre du ou de la doctorant.e décrivant son projet professionnel et la cohérence de celui-ci avec le contenu de la thèse

    • Une lettre du ou de la directeur.trice de thèse soutenant la démarche et indiquant le nombre d’ECTS à valider dans chacune des deux catégories (les doctorant.e.s sont encouragé.e.s à mêler la validation usuelle des ECTS à celle-ci).

    Les doctorant.e.s ayant déjà des activités de recherche au moment de leur inscription (PRAG par exemple) peuvent présenter un dossier de validation de leurs acquis de recherche.

    Les doctorant.e.s en cotutelle : la convention de cotutelle devra mentionner les conditions de validation du parcours de formation doctorale en tenant compte des offres de formation de l’université du pays partenaire.